La CNIL "réservée" sur le vote électronique.

Publié le par ouest-06-pour-un-renouveau.over-blog.com

 

Et nous ?

LEMONDE.FR avec AFP | 24.11.10 | 14h30

 

 

 

 

Des machines de vote électronique, aux Etats-Unis, en 2006.

Des machines de vote électronique, aux Etats-Unis, en 2006.AFP/ROBERT SULLIVAN

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) se dit "réservée" sur l'utilisation du vote électronique pour des élections politiques, dans une nouvelle "recommandation" publiée mercredi au Journal officiel. La CNIL avait déjà formulé en 2003 une recommandation sur le vote électronique, abrogée par ce nouveau texte. A l'époque, rappelle-t-elle, "le vote électronique commençait seulement à s'implanter".


Dans des "observations" formulées en introduction, la Commission "constate que si l'application principale du vote électronique réside dans les élections professionnelles, celui-ci se développe également pour les assemblées générales, conseils de surveillance, élection des représentants de professions réglementées et, depuis 2003, pour des élections à caractère politique".

 GARANTIES SUR LA CONFIDENTIALITÉ

Face à cette "extension", elle rappelle que "le vote électronique présente des difficultés accrues pour les personnes chargées d'organiser le scrutin et celles chargées d'en vérifier le déroulement, principalement à cause de la technicité des solutions mises en œuvre". La CNIL dit en particulier avoir constaté depuis 2003 que "les systèmes de vote existants ne fournissaient pas toutes les garanties exigées par les textes légaux".

La commission détaille ainsi une série de recommandations fixant "les garanties minimales que doit respecter tout dispositif" de vote électronique à distance, en particulier par Internet. Elle insiste notamment sur la sécurité, la confidentialité des données, l'authentification des électeurs, les "clés de chiffrement", le "scellement" de l'urne, etc. "Le dispositif doit garantir que l'identité de l'électeur ne peut pas être mise en relation avec l'expression de son vote, et cela, à tout moment du processus de vote, y compris après le dépouillement", insiste la CNIL.

Commenter cet article